Les Remous du grand fleuve: Roman PDF

Pendant cette décennie, il y avait environ vingt bateaux à vapeur qui naviguaient dans le Mississipi; en 1830, plus de douze cents faisaient le tour entre Minneapolis, Minnesota et Nouvelle-Orléans, Louisiane.


ISBN: B01DB7DN3E.

Nom des pages: 183.

Télécharger Les Remous du grand fleuve: Roman gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Le roman de José Trussart porte l’empreinte de la célèbre nouvelle Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad. L’auteur se reflète dans l’histoire d’un « jeune célibataire parachuté en brousse, au Congo belge, dans la forêt vierge de l’Équateur, isolé de tout, pour y lancer un projet pilote de développement. » Cette subtile mise en abyme du personnage d’Antoine, jeune poète belge fraîchement diplômé en sociologie, pour qui l’écriture est « une question de survie » permet de mêler fiction et réalité.

Le récit s’ouvre en 1956 et s’achève en 1962, avec le retour du héros en Belgique après la déclaration d’Indépendance. Il est le témoin des événements de la période instable de transition. Il assiste impuissant à la désillusion du peuple congolais face à la faillite de leur État et à ce qu’il nomme « la perfidie de l’Occident ». Brutalement initié aux réalités du terrain, il dresse un portrait accablant des colons belges qui exploitent les richesses locales. Dans ce climat d’insécurité permanente, sa vie est devenue un véritable calvaire. Sans compter que sa liaison avec une congolaise vire au cauchemar puisqu’elle va même jusqu’à lui retirer la garde de sa petite fille.

C’est l’origine de la nécropole ou « cité des morts », le groupe de tombes juste devant les portes d’une ville romaine, où les habitants enterrent leurs morts. Toutes les choses commencent dans la capitale, le moteur de tout changement. Je n’ai pas suivi ce chemin professionnellement, et tout cela il y a quarante ans, mais Rome est toujours restée dans ma mémoire comme ma ville favorite, précisément pour la raison qui est le thème de cet article.

Avec 70 000 pièces exposées, je suis heureux que nous ayons pris la tournée des temps forts. La vue depuis la colline des Archettes, la vue depuis le Ballon d’Alsace, depuis la colline Glovelier, depuis le Weissenstein, depuis le Brienzer Grat, depuis le Grimsel, depuis le haut Bellinzona, depuis le Princi-pessa, depuis Tizzano, depuis le crête des Apennins, du Mur de Sienne, de San Quirico, de Radicofani, de San Lorenzo, de Monte-Fiascone, de Viterbo, de Roncigleone, enfin de cet ascenseur de la Via Cassia, d’où l’on aperçoit Ville. À Pompéi, nous sommes confrontés à des images d’Isis apparaissant dans divers contextes domestiques et publics, évocateurs d’une égyptomanie à coup sûr, et dans des sanctuaires, en plus d’un petit temple dédié à la déesse qui pointe clairement vers le rituel. À mi-chemin, il est même un peu inconfortable d’être si près de l’eau sur les pontons tremblants.