Balthus, jeunes filles aux chats PDF

Cette dernière interprétation est soutenue par la fascination de longue date de Balthus pour les chats.


ISBN: 2754102485.

Nom des pages: 134.

Télécharger Balthus, jeunes filles aux chats gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Catalogue de l’exposition « Cats and Girls » au Metropolitan Museum of Art de New York du 7 octobre 2013 au 20 janvier 2014. La fascination de Balthus pour les ambiguïtés et la face mystérieuse de l’enfance s’est traduite dans ses œuvres les plus abouties et les plus célèbres : celles qui célèbrent les fillettes à l’âge de la puberté, entre innocence et fantaisies sexuelles, réalité et rêverie. Celles aussi qui ont été le plus controversées : en 1934, sa première rétrospective personnelle suscita un scandale. Cet ouvrage, publication officielle d’une exposition du Metropolitan Museum, se concentre sur ce thème, à travers une quarantaine d’oeuvres ― Balthus a peu produit― exécutées pendant les années de jeunesse ― les meilleures― du milieu des années 30 aux années 50. Entre 1936 et 1939, Balthus a peint la célèbre série de portraits de Thérèse Blanchard, sa petite voisine à la cour de Rohan, à Paris. Thérèse a posé seule, avec son chat, ou avec son frère Hubert dans les dix derniers tableaux. Les chats, souvent présents dans ces scènes intimes ou discrètement érotiques peuplées de jeunes filles, pourraient incarner le regard de l’artiste inscrit dans la toile. Lorsque Balthus s’installe en Suisse pendant la deuxième guerre mondiale, il substitua à l’austérité du cadre de son atelier parisien l’ambiance chaude d’intérieurs plus colorés au sein desquels différentes nymphettes, puis sa nièce Frédérique Tison, continuaient de rêver, de lire ou de sommeiller dans des poses langoureuses. Après avoir retracé les débuts précoces de l’artiste, Sabine Rewald souligne les correspondances entre le goût de Balthus pour les ambiguïtés de l’adolescence et celui de certains écrivains et poètes, comme Lewis Caroll, Rainer Maria Rilke, Thomas Mann, Cocteau. Elle s’interroge sur les liens entre ce type d’érotisme et la création plastique chez Balthus. Cette approche est enrichie par le témoignage de plusieurs modèles de l’artiste recueillis par l’auteur dont la personnalité est pour la première fois plus étudiée : Georgette Cozlin, Jeannette Aldry, Odile Bugnon, Laurence Bataille, la fille de l‘écrivain Georges Bataille et belle sœur de Jacques Lacan, Frédérique Tison, la nièce de l‘artiste par son mariage.

C’est cet érotisme spontané et naturel qu’il explore et transforme en art. »Son argumentation, selon laquelle ces peintures dérangeantes reflètent les angoisses des spectateurs, correspond parfaitement à notre époque. Échec de la vérification du courrier électronique. Veuillez réessayer. Désolé, votre blog ne peut pas partager les messages par courrier électronique. % d blogueurs comme ça. Comme cela a été donné comme un cadeau à Matisse (qui plus tard l’a laissé au Metropolitan Museum of Art de New York, avec The Guitar Lesson – qui a été retourné plus tard à la galerie, sans doute en raison de son sujet), Il est possible que les changements subtils dans son portrait de Matisse aient été conçus comme une blague entre le peintre et son marchand.

Ils ont un contrôle complet de leur souffle et de leur corps. Les palpitations picturales signalent les sentiments innommables qu’elle ressent. La pétition indique clairement qu’elle cherche à être retirée de cette galerie spécifique, et non pas à la retirer en général. Nulle part ces tensions ne sont mieux exprimées que par les peintures qui représentent à la fois les jeunes muses nubiles de Balthus et leurs compagnons félins.